Entretien avec Kate Knowles, spécialiste en médiation par le cheval © DR

Entretien avec Kate Knowles, spécialiste en médiation par le cheval

21 septembre 2018

Responsable du pôle médiation par le cheval pour Village de Fraisse – Terre d’Avenir© (lieu de recherche-action et d’activités psychopédagogiques dédié à l’autisme), Kate Knowles intervient auprès de jeunes avec troubles du spectre autistique (TSA). Sa mission : favoriser leur autonomie, stimuler leur psychomotricité, développer leur confiance en eux et surtout, leur apporter de la joie de vivre !


En quoi consiste la médiation équine ? 

C’est une action de soin globale qui repose sur la mise en relation de l’humain avec l’animal. L’objectif n’est pas de monter à cheval ni d’apprendre les techniques équestres, mais de réaliser différentes activités, avec et autour du cheval. Au domaine de Fraisse, nous accueillons majoritairement des enfants et des adolescents présentant des troubles du spectre autistique (TSA). Ce que l’on cherche avant tout, c’est à faire évoluer leurs mécanismes psychiques, sensoriels, relationnels et moteurs. Une évolution intérieure qui, petit à petit, doit les amener vers l’extérieur, à la rencontre de l’autre, avec confiance et autonomie. Le cheval facilite ce processus. 

Par ailleurs, nous appliquons ici les principes de l’équitation éthologique(1), fondée sur la coopération et le respect de l’animal. Cette méthode douce est un terrain d’apprentissage privilégié sur son fonctionnement et donc sur son rôle de partenaire médiateur. 


Comment se déroule une séance ?

Il n’y a pas de déroulé type car mon approche est intuitive et guidée avant tout par les réactions et les émotions de la personne et du cheval. Je suis là pour assurer la sécurité et le bon déroulement de la séance mais c’est bien ce duo qui fait tout le travail ! La séance commence avec l’approche en intérieur, le brossage, le nettoyage et la préparation de l’équipement. Notre centre équestre dispose de boxes de 16 m² qui offrent un espace plus grand que la normale pour se mouvoir avec aisance, y compris en fauteuil roulant. Puis le participant mène le cheval dans le manège, en carrière ou en balade, et éventuellement monte à cru, en selle ou avec le surfaix(2). La palette d’activités est large : jeux, relaxation, travail en liberté, avec l’image ou la musique... Le centre dispose également d’un parcours sensoriel en pleine nature, au coeur de la forêt. 


Qu’apporte le cheval à la personne avec autisme ? 

C’est un animal hypersensible, qui perçoit avec précision ce que l’être humain ressent au fond de lui. Cette particularité le rapproche de la personne avec autisme et permet à l’un comme à l’autre de se sentir en sécurité. Avec le cheval, la communication est simple, évidente. Ce sont les humains qui se compliquent la vie ! Lors des séances, les comportements diffèrent selon l’activité effectuée, le contexte ou l’humeur du participant. Mais j’ai toujours vu une connexion s’établir. Et le mieux-être du jeune est visible, qu’il se manifeste par la fierté, le plaisir, l’émotion, la confiance en soi, l’excitation ou au contraire une grande concentration… Et toujours beaucoup d’amour ! 

(1) L’éthologie est la science du comportement des espèces animales en milieu naturel. 
(2) Large courroie entourant le thorax du cheval.

 

Biographie

De nationalité anglaise, titulaire d’un diplôme européen d’équithérapie, Kate Knowles est également monitrice d’équitation et enseignante diplômée en équitation éthologique et en encadrement Équi-Handi. 
Près de chez vous
Découvrez l'actualité de votre région
Découvrez l'actualité de votre région
Découvrez l'actualité de votre région