Père Marcel, donateur en faveur d'Habitat et Humanisme © Shutterstock - Dubova

Entretien avec le Père Marcel, donateur en faveur d'Habitat et Humanisme

28 septembre 2017

Le Père Marcel, 80 ans, a hérité d’un patrimoine de 300 000 €. À son décès, sa nièce, son unique héritière, devra payer de lourds droits de succession. Grâce au legs universel, il a pu transformer une partie de l’impôt en don.

 

Pourquoi avoir fait ce choix ?

La succession d’oncle à neveux est taxée à 55‚%. Sur son héritage de 300 000 €, ma nièce ne touchera donc que 135 000 €. J’avais très à coeur de léguer une partie de mon patrimoine à la Fédération Habitat et Humanisme, dont je partage les valeurs, mais je ne voulais surtout pas la léser.

Que vous a proposé Habitat et Humanisme ?

Comme Habitat et Humanisme est reconnue d’utilité publique – donc exonérée de droits de succession sur la valeur des droits qu’elle reçoit‚–, elle m’a proposé de devenir bénéficiaire d’une partie de mon patrimoine successoral, sans déposséder ma nièce. Par testament, j’ai donc institué Habitat et Humanisme légataire universel avec obligation de lui verser la somme de 135 000 € nets.‚

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?

Cela veut dire qu’à mon décès, ma nièce recevra bien 135 000 € et qu’Habitat et Humanisme réglera les droits de succession sur cette somme, soit 74 500 €. Le solde du patrimoine, soit 90 750 €, sera versé à Habitat et Humanisme.

Pour préserver l’anonymat du donateur, sa photo et son prénom ainsi que le montant du don ont été changés.

Près de chez vous
Découvrez l'actualité de votre région
Découvrez l'actualité de votre région
Découvrez l'actualité de votre région